Questo sito contribuisce alla audience di

Scritta da: Simona

La Muse vénale

Ô muse de mon coeur, amante des palais,
Auras-tu, quand Janvier lâchera ses Borées,
Durant les noirs ennuis des neigeuses soirées,
Un tison pour chauffer tes deux pieds violets?

Ranimeras-tu donc tes épaules marbrées
Aux nocturnes rayons qui percent les volets?
Sentant ta bourse à sec autant que ton palais
Récolteras-tu l'or des voûtes azurées?

II te faut, pour gagner ton pain de chaque soir,
Comme un enfant de choeur, jouer de l'encensoir,
Chanter des Te Deum auxquels tu ne crois guère,

Ou, saltimbanque à jeun, étaler tes appas
Et ton rire trempè de pleurs qu'on ne voit pas,
Pour faire épanouir la rate du vulgaire.
Vota la poesia: Commenta
    Scritta da: Simona

    Le Vampire

    Toi qui, comme un coup de couteau,
    Dans mon coeur plaintif es entrée;
    Toi qui, forte comme un troupeau
    De démons, vins, folle et parée,

    De mon esprit humiliè
    Faire ton lit et ton domaine;
    - Infâme à qui je suis liè
    Comme le forçat à la chaîne,

    Comme au jeu le joueur têtu,
    Comme à la bouteille l'ivrogne,
    Comme aux vermines la charogne
    - Maudite, maudite sois-tu!

    J'ai priè le glaive rapide
    De conquérir ma libertè,
    Et j'ai dit au poison perfide
    De secourir ma lâchetè.

    Hélas! le poison et le glaive
    M'ont pris en dédain et m'ont dit:
    "Tu n'es pas digne qu'on t'enlève
    À ton esclavage maudit,

    Imbécile! - de son empire
    Si nos efforts te délivraient,
    Tes baisers ressusciteraient
    Le cadavre de ton vampire!"
    Vota la poesia: Commenta
      Scritta da: Simona

      Sed non satiata

      Bizarre déitè, brune comme les nuits,
      Au parfum mélangè de musc et de havane,
      Oeuvre de quelque obi, le Faust de la savane,
      Sorcière au flanc d'ébène, enfant des noirs minuits,

      Je préfère au constance, à l'opium, au nuits,
      L'élixir de ta bouche où l'amour se pavane;
      Quand vers toi mes désirs partent en caravane,
      Tes yeux sont la citerne où boivent mes ennuis.

      Par ces deux grands yeux noirs, soupiraux de ton âme,
      Ô démon sans pitiè! verse-moi moins de flamme;
      Je ne suis pas le Styx pour t'embrasser neuf fois,

      Hélas! et je ne puis, Mégère libertine,
      Pour briser ton courage et te mettre aux abois,
      Dans l'enfer de ton lit devenir Proserpine!
      Vota la poesia: Commenta
        Scritta da: Simona

        L'invitation au voyage

        Mon enfant, ma soeur,
        Songe à la douceur
        D'aller là-bas vivre ensemble!
        Aimer à loisir,
        Aimer et mourir
        Au pays qui te ressemble!
        Les soleils mouillés
        De ces ciels brouillés
        Pour mon esprit ont les charmes
        Si mystérieux
        De tes traîtres yeux,
        Brillant à travers leurs larmes.

        Là, tout n'est qu'ordre et beautè,
        Luxe, calme et voluptè.

        Des meubles luisants,
        Polis par les ans,
        Décoreraient notre chambre;
        Les plus rares fleurs
        Mêlant leurs odeurs
        Aux vagues senteurs de l'ambre,
        Les riches plafonds,
        Les miroirs profonds,
        La splendeur orientale,
        Tout y parlerait
        À l'âme en secret
        Sa douce langue natale.

        Là, tout n'est qu'ordre et beautè,
        Luxe, calme et voluptè.

        Vois sur ces canaux
        Dormir ces vaisseaux
        Dont l'humeur est vagabonde;
        C'est pour assouvir
        Ton moindre désir
        Qu'ils viennent du bout du monde.
        - Les soleils couchants
        Revêtent les champs,
        Les canaux, la ville entière,
        D'hyacinthe et d'or;
        Le monde s'endort
        Dans une chaude lumière.

        Là, tout n'est qu'ordre et beautè,
        Luxe, calme et voluptè.
        Vota la poesia: Commenta
          Scritta da: mor-joy

          Ti Adoro

          T'adoro al pari della volta notturna,
          o vaso di tristezza, o grande taciturna!

          E tanto più t'amo quanto più mi fuggi, o bella,
          e sembri, ornamento delle mie notti,
          ironicamente accumulare la distanza
          che separa le mie braccia dalle azzurrità infinite.

          Mi porto all'attacco, m'arrampico all'assalto
          come fa una fila di vermi presso un cadavere e amo,
          fiera implacabile e cruda, sino la freddezza
          che ti fa più bella ai miei occhi.
          Vota la poesia: Commenta