Questo sito contribuisce alla audience di

    L?or?e du 21?me si?cle
    Voit l?apog?e de l??ternel combat,
    Opposant les Troyens de la vari?t?
    Aux Spartiates,
    Valeureux guerriers du sens,
    Ayant comme seules armes
    La puissance de leurs sons
    Et leurs ?mes, la ferveur
    Et la violence de ces affrontements
    Donnent la s?ve de ce glorieux r?cit.
    A l?heure o? celui-ci vous est cont?,
    Les Spartiates d?barquent sur la plage.

    « J?ai pris le champion de ton trou,
    Il a rejoint l?autre rive,
    Tra?n? sous les murs de Troie,
    Attach? derri?re un char d?Audrime,
    Le soir venu, c?est dans la douleur
    Que les fr?res de mon camp
    M?ont r?clam? Achille, :
    Je t?en prie, rends-nous le foie !
    Ils ont s?questr? le verbe,
    Jamais j?arr?terais le combat
    Jusqu?? que ces imposteurs
    Se la ferme, le soir,
    Les condamnent ? voir venir
    La charge de Myrmidon,
    Dress? pour ?craser,
    Cravacher les perpidons.
    ? verbe, regarde l?horizon,
    La mer est couverte.
    On vient pour te sortir hors de ta prison,
    Retourne l? o? les berc?s sont all?gres,
    Les avants beaucoup tomberont
    Sous la catapulte et l?arbal?te.
    Tour d?ivoire, ge?le aux mille pierres,
    Artiste de l?illusion, o? les paillettes brillent,
    O? les fils de nos rimes ?trillent,
    Y?a pro-fusion
    Les rangs s??tiolent sur les marches
    o? y?a les t?tes de leurs idoles.

    [Refrain] »

    La plage a ?t? prise,
    Et la terreur s?est r?pandue au
    Sein des c?urs, Troyens d?p?ris,
    La col?re et la masse
    de guerriers Spartiate ne cessait de grandir.
    Le vent de la libert? soufflait et dans la ge?le du p?re.

    « Entends-tu la complainte
    Du vaillant qui mord la poussi?re,
    Qui meurt pour une cause noble,
    Pauvre, loin de ses terres,
    Chute pour le bien le plus pr?cieux
    De l?Homme,
    De sombres r?cits d?corent mon corps,
    J?ai la pore de mon corps de mon argile,
    Avec des r?ves plein les poches,
    Le chemin emprunt?, en for?ant bras,
    C?est bien trop souvent le front des proches,
    Les lanternes qu?on d?croche,
    Eclairent peu nos voix,
    Alors tenez-vous pr?ts ? l?affront des proches,
    Drame dans la plaine,
    Casques, armures noirs pour la peine,
    C?est ma m?moire,
    Faut-il vraiment voir pour la perdre ?
    Si d?aventure tu guerroyais sur ces pistes
    Le dernier flash de ta vie
    Serait d?Achille le guerrier triste.
    ?, Troyens, je vous en conjure,
    Rendez-nous les mots,
    Rendez-nous les songes,
    Rendez-nous les jours les nuits,
    Pass?s qu?? main la main,
    Ecrits en majuscule,
    R?citant ? voix haute
    Tous les po?mes du cr?puscule,
    Mars coule dans nos veines,
    Et rien ne pourra changer ?a.
    La multitude de nos hoplites
    Recouvrent la plaine,
    Cette corse inou?e rend jaloux
    Le Soleil lui-m?me,
    Tant bien qu?un mouvement de pas
    Jette l?ombre sur la Terre !

    [Refrain]

    Nous voici ? l?or?e,
    Du jour-gloire de mes fr?res,
    L?ent?tement de Troie l?aura donc
    Men? ? sa perte,
    Pleurs dans mon sillage,
    Tous ravisseurs verbes,
    Leur maudit palais,
    Je le d?molirai pierre par pierre,
    Rimes apr?s rimes,
    Lettres apr?s lettres,
    L?histoire de la musique retiendra,
    Qu?on a martel? leurs noms sur les tablettes,
    Et si un jour, leur descendance se rel?ve,
    Ils reverront nos trir?mes,
    Je le jure par mon glaive !

    [Refrain]

    Cosa ne pensi di "Troie" di Akhenaton?

    Vota la canzone

    Fai sapere ai tuoi amici che ti piace:

      Acquista l'album

      Commenti

      Invia il tuo commento

      Disclaimer [leggi/nascondi]

      Guida alla scrittura dei commenti